Chimie

Conductivité électrolytique

Conductivité électrolytique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Vous avez travaillé sur l'unité d'apprentissage conductivité des électrolytes et recherchez du matériel supplémentaire ? Ensuite, nous vous recommandons les unités d'apprentissage suivantes :

Activité versus concentration15 minutes.

ChimieChimie généraleliquides

Il existe une relation entre l'activité et la concentration. Cette relation est discutée plus en détail dans l'unité d'apprentissage.


Table des matières

Dans un électrolyte, les ions se déplacent de préférence dans ou contre la direction du champ lorsqu'un champ électrique est appliqué, provoquant ainsi le transport de charges et le flux de courant. En conséquence, il existe une dépendance à l'égard du courant JE. attendu des facteurs suivants :

  1. de l'intensité du champ électrique et donc de la tension appliquée via un facteur géométriqueU
  2. sur le nombre d'ions
  3. sur la quantité de charge que chaque ion transporte, c'est-à-dire sur sa valence
  4. sur la vitesse moyenne des différents types d'ions dans la direction du champ.

Conductivité électrolytique

conductivité électrolytique, conductivité électrique σ un électrolyte. σ dépend aussi de la température T aussi de la concentration ionique c et le Degré de dissociation α une façon. Ça s'appliqueσ = 1 / ρ = j / E. = e(F+ μ+ m+ + F- μ- m-),ρ: résistance spécifique, j: Densité totale de courant, E.: intensité du champ électrique, F+/-: Valeur, μ+/-: agilité, m+/-: Densité en nombre de cations ou d'anions. Il résulte de la conservation de la charge F+m+ = F-m- et donc σ = ef+m+(μ+ + μ-). A concentration et température constantes et des intensités de champ pas trop importantes (E 10 3 V/m), la loi d'Ohm s'applique dans l'électrolyte : σ(E.) = const. La résistance ou la conductivité des solutions électrolytiques doit être mesurée avec un courant alternatif, car avec le courant continu, les électrodes se "polarisent", ce qui modifie les conditions de champ (processus d'électrode).

Avec des solutions diluées, c'est-à-dire avec une dissociation complète (α = 1) est σ ˜ c respectivement. ρ ˜ c -1 (tableau 1). La mobilité totale μ+ + μ- est d'environ 10 -7 m 2 /Vs et donc d'environ 10 -4 de la mobilité des électrons dans les métaux (tableau 2). Les informations sur les mobilités séparées des cations et des anions sont données par les chiffres de Hittorf

à. A des concentrations plus élevées, au lieu d'avec σ avec le & # 196conductivité équivalente Λ = σ / η attendu (η = 10 -3 m / NUNE.: Molarité de la solution électrolytique). Même Λ dépend de la concentration et diminue avec l'augmentation de la concentration. Cela peut être fait pour électrolytes faibles s'explique par une dissociation décroissante (loi de dilution d'Ostwald) électrolytes forts avec la formation de Nuages ​​de contre-ionsqui réduisent la mobilité (théorie Debye-H & # 252ckel-Onsager).

conductivité électrolytique 1 : Résistance spécifique des solutions de NaCl de différentes concentrations c au 18 & # 176C :

conductivité électrolytique 2: Mobilité des ions en solution aqueuse à 18°C ​​et dilution infinie :

Avis des lecteurs

Si vous avez des commentaires sur le contenu de cet article, vous pouvez en informer la rédaction par e-mail. Nous avons lu votre lettre, mais nous vous demandons de comprendre que nous ne pouvons pas répondre à tout le monde.

Personnel Volume I et II

Silvia Barnert
Dr. Matthias Delbrück
Dr. Glace Reinald
Nathalie Fischer
Walter Greulich (éditeur)
Carsten Heinisch
Sonja Nagel
Dr. Gunnar Radons
MS (optique) Lynn Schilling-Benz
Dr. Joachim Schüller

Christine Weber
Ulrich Kilian

L'abréviation de l'auteur est entre crochets, le nombre entre parenthèses est le numéro du domaine, une liste des domaines se trouve dans l'avant-propos.

Katja Bammel, Berlin [KB2] (A) (13)
Prof. Dr. W. Bauhofer, Hambourg (B) (20, 22)
Sabine Baumann, Heidelberg [SB] (A) (26)
Dr. Günther Beikert, Viernheim [GB1] (A) (04, 10, 25)
Prof. Dr. Hans Berckhemer, Francfort [HB1] (A, B) (29)
Prof. Dr. Klaus Bethge, Francfort (B) (18)
Prof. Tamás S. Biró, Budapest [TB2] (A) (15)
Dr. Thomas Bührke, Leimen [TB] (A) (32)
Angela Burchard, Genève [AB] (A) (20, 22)
Dr. Matthias Delbrück, Dossenheim [MD] (A) (12, 24, 29)
Dr. Wolfgang Eisenberg, Leipzig [WE] (A) (15)
Dr. Frank Eisenhaber, Heidelberg [FE] (A) (27 Essai Biophysique)
Dr. Roger Erb, Cassel [RE1] (A) (33)
Dr. Angelika Fallert-Müller, Groß-Zimmer [AFM] (A) (16, 26)
Dr. Andreas Faulstich, Oberkochen [AF4] (A) (Essai sur l'optique adaptative)
Prof. Dr. Rudolf Feile, Darmstadt (B) (20, 22)
Stephan Fichtner, Dossenheim [SF] (A) (31)
Dr. Thomas Filk, Fribourg [TF3] (A) (10, 15)
Natalie Fischer, Dossenheim [NF] (A) (32)
Prof. Dr. Klaus Fredenhagen, Hambourg [KF2] (A) (Essai Algebraic Quantum Field Theory)
Thomas Fuhrmann, Heidelberg [TF1] (A) (14)
Christian Fulda, Heidelberg [CF] (A) (07)
Frank Gabler, Francfort [FG1] (A) (22 essais sur les systèmes de traitement de données pour les futures expériences sur les hautes énergies et les ions lourds)
Dr. Harald Genz, Darmstadt [HG1] (A) (18)
Michael Gerding, Kühlungsborn [MG2] (A) (13)
Andrea Greiner, Heidelberg [AG1] (A) (06)
Uwe Grigoleit, Göttingen [UG] (A) (13)
Prof. Dr. Michael Grodzicki, Salzbourg [MG1] (A, B) (01, 16 essai théorie fonctionnelle de la densité)
Prof. Dr. Hellmut Haberland, Fribourg [HH4] (A) (Essay Cluster Physics)
Dr. Andreas Heilmann, Chemnitz [AH1] (A) (20, 21)
Carsten Heinisch, Kaiserslautern [CH] (A) (03)
Dr. Hermann Hinsch, Heidelberg [HH2] (A) (22)
Jens Hoerner, Hanovre [JH] (A) (20)
Dr. Dieter Hoffmann, Berlin [DH2] (A, B) (02)
Renate Jerecic, Heidelberg [RJ] (A) (28)
Dr. Ulrich Kilian, Hambourg [Royaume-Uni] (A) (19)
Thomas Kluge, Mayence [TK] (A) (20)
Achim Knoll, Strasbourg [AK1] (A) (20)
Andreas Kohlmann, Heidelberg [AK2] (A) (29)
Dr. Barbara Kopff, Heidelberg [BK2] (A) (26)
Dr. Bernd Krause, Karlsruhe [BK1] (A) (19)
Ralph Kühnle, Heidelberg [RK1] (A) (05)
Dr. Andreas Markwitz, Dresde [AM1] (A) (21)
Holger Mathiszik, Bensheim [HM3] (A) (29)
Mathias Mertens, Mayence [MM1] (A) (15)
Dr. Dirk Metzger, Mannheim [DM] (A) (07)
Dr. Rudi Michalak, Warwick, Royaume-Uni [RM1] (A) (23)
Helmut Milde, Dresde [HM1] (A) (09 Essai Acoustique)
Guenter Milde, Dresde [GM1] (A) (12)
Maritha Milde, Dresde [MM2] (A) (12)
Dr. Christopher Monroe, Boulder, USA [CM] (A) (Essai Atom and Ion Traps)
Dr. Andreas Müller, Kiel [AM2] (A) (33 essai de physique au quotidien)
Dr. Nikolaus Nestlé, Ratisbonne [NN] (A) (05)
Dr. Thomas Otto, Genève [TO] (A) (06 Essai Mécanique analytique)
Prof. Dr. Harry Paul, Berlin [HP] (A) (13)
Cand. Phys. Christof Pflumm, Karlsruhe [CP] (A) (06, 08)
Prof. Dr. Ulrich Platt, Heidelberg [UP] (A) (Essai Atmosphère)
Dr. Oliver Probst, Monterrey, Mexique [OP] (A) (30)
Dr. Roland Andreas Puntigam, Munich [RAP] (A) (14 Essai Théorie Générale de la Relativité)
Dr. Gunnar Radons, Mannheim [GR1] (A) (01, 02, 32)
Prof. Dr. Günter Radons, Stuttgart [GR2] (A) (11)
Oliver Rattunde, Fribourg [OR2] (A) (16 essais sur la physique des clusters)
Dr. Karl-Henning Rehren, Göttingen [KHR] (A) (Essai Algebraic Quantum Field Theory)
Ingrid Reiser, Manhattan, États-Unis [IR] (A) (16)
Dr. Uwe Renner, Leipzig [UR] (A) (10)
Dr. Ursula Resch-Esser, Berlin [URE] (A) (21)
Prof. Dr. Hermann Rietschel, Karlsruhe [HR1] (A, B) (23)
Dr. Peter Oliver Roll, Mayence [OR1] (A, B) (04, 15 distributions d'essais)
Hans-Jörg Rutsch, Heidelberg [HJR] (A) (29)
Dr. Margit Sarstedt, Newcastle upon Tyne, Royaume-Uni [MS2] (A) (25)
Rolf Sauermost, Waldkirch [RS1] (A) (02)
Prof. Dr. Arthur Scharmann, Giessen (B) (06, 20)
Dr. Arne Schirrmacher, Munich [AS5] (A) (02)
Christina Schmitt, Fribourg [CS] (A) (16)
Cand. Phys. Jörg Schuler, Karlsruhe [JS1] (A) (06, 08)
Dr. Joachim Schüller, Mayence [JS2] (A) (10 dissertation mécanique analytique)
Prof. Dr. Heinz-Georg Schuster, Kiel [HGS] (A, B) (11 essai Chaos)
Richard Schwalbach, Mayence [RS2] (A) (17)
Prof. Dr. Klaus Stierstadt, Munich [KS] (A, B) (07, 20)
Cornelius Suchy, Bruxelles [CS2] (A) (20)
William J. Thompson, Chapel Hill, États-Unis [JMJ] (A) (Essay Computers in Physics)
Dr. Thomas Volkmann, Cologne [TV] (A) (20)
Dipl.-Géophys. Rolf vom Stein, Cologne [RVS] (A) (29)
Patrick Voss-de Haan, Mayence [PVDH] (A) (17)
Thomas Wagner, Heidelberg [TW2] (A) (29 essai atmosphère)
Manfred Weber, Francfort [MW1] (A) (28)
Markus Wenke, Heidelberg [MW3] (A) (15)
Prof. Dr. David Wineland, Boulder, USA [DW] (A) (Essai Atom and Ion Traps)
Dr. Harald Wirth, Saint Genis-Pouilly, F [HW1] (A) (20) Steffen Wolf, Fribourg [SW] (A) (16)
Dr. Michael Zillgitt, Francfort [MZ] (A) (02)
Prof. Dr. Helmut Zimmermann, Iéna [HZ] (A) (32)
Dr. Kai Zuber, Dortmund [KZ] (A) (19)

Dr. Ulrich Kilian (responsable)
Christine Weber

Priv.-Doz. Dr. Dieter Hoffmann, Berlin

L'abréviation de l'auteur est entre crochets, le nombre entre parenthèses est le numéro du domaine, une liste des domaines se trouve dans l'avant-propos.

Markus Aspelmeyer, Munich [MA1] (A) (20)
Dr. Katja Bammel, Cagliari, I [KB2] (A) (13)
Doz. Hans-Georg Bartel, Berlin [HGB] (A) (02)
Steffen Bauer, Karlsruhe [SB2] (A) (20, 22)
Dr. Günther Beikert, Viernheim [GB1] (A) (04, 10, 25)
Prof. Dr. Hans Berckhemer, Francfort [HB1] (A, B) (29)
Dr. Werner Biberacher, Garching [WB] (B) (20)
Prof. Tamás S. Biró, Budapest [TB2] (A) (15)
Prof. Dr. Helmut Bokemeyer, Darmstadt [HB2] (A, B) (18)
Dr. Ulf Borgeest, Hambourg [UB2] (A) (Essay Quasars)
Dr. Thomas Bührke, Leimen [TB] (A) (32)
Jochen Büttner, Berlin [JB] (A) (02)
Dr. Matthias Delbrück, Dossenheim [MD] (A) (12, 24, 29)
Karl Eberl, Stuttgart [KE] (A) (Essai sur l'épitaxie par faisceau moléculaire)
Dr. Dietrich Einzel, Garching [DE] (A) (20)
Dr. Wolfgang Eisenberg, Leipzig [WE] (A) (15)
Dr. Frank Eisenhaber, Vienne [FE] (A) (27)
Dr. Roger Erb, Kassel [RE1] (A) (33 essai Phénomènes optiques dans l'atmosphère)
Dr. Christian Eurich, Brême [CE] (A) (Réseaux de neurones d'essai)
Dr. Angelika Fallert-Müller, Groß-Zimmer [AFM] (A) (16, 26)
Stephan Fichtner, Heidelberg [SF] (A) (31)
Dr. Thomas Filk, Fribourg [TF3] (A) (10, 15 essai théorie de la percolation)
Natalie Fischer, Walldorf [NF] (A) (32)
Dr. Harald Fuchs, Münster [HF] (A) (Essay Scanning Probe Microscopy)
Dr. Thomas Fuhrmann, Mannheim [TF1] (A) (14)
Christian Fulda, Hanovre [CF] (A) (07)
Dr. Harald Genz, Darmstadt [HG1] (A) (18)
Michael Gerding, Kühlungsborn [MG2] (A) (13)
Prof. Dr. Gerd Graßhoff, Berne [GG] (A) (02)
Andrea Greiner, Heidelberg [AG1] (A) (06)
Uwe Grigoleit, Weinheim [UG] (A) (13)
Prof. Dr. Michael Grodzicki, Salzbourg [MG1] (B) (01, 16)
Gunther Hadwich, Munich [GH] (A) (20)
Dr. Andreas Heilmann, Halle [AH1] (A) (20, 21)
Carsten Heinisch, Kaiserslautern [CH] (A) (03)
Dr. Christoph Heinze, Hambourg [CH3] (A) (29)
Dr. Marc Hemberger, Heidelberg [MH2] (A) (19)
Florian Herold, Munich [FH] (A) (20)
Dr. Hermann Hinsch, Heidelberg [HH2] (A) (22)
Priv.-Doz. Dr. Dieter Hoffmann, Berlin [DH2] (A, B) (02)
Dr. Georg Hoffmann, Gif-sur-Yvette, FR [GH1] (A) (29)
Dr. Gert Jacobi, Hambourg [GJ] (B) (09)
Renate Jerecic, Heidelberg [RJ] (A) (28)
Dr. Catherine Journet, Stuttgart [CJ] (A) (Essai nanotubes)
Prof. Dr. Josef Kallrath, Ludwigshafen, [JK] (A) (04 Essai Méthodes numériques en physique)
Priv.-Doz. Dr. Claus Kiefer, Fribourg [CK] (A) (14, 15 Essai Quantum Gravity)
Richard Kilian, Wiesbaden [RK3] (22)
Dr. Ulrich Kilian, Heidelberg [Royaume-Uni] (A) (19)
Dr. Uwe Klemradt, Munich [UK1] (A) (20, essai sur les transitions de phase et les phénomènes critiques)
Dr. Achim Knoll, Karlsruhe [AK1] (A) (20)
Dr. Alexei Kojevnikov, College Park, États-Unis [AK3] (A) (02)
Dr. Berndt Koslowski, Ulm [BK] (A) (Essai de physique des surfaces et des interfaces)
Dr. Bernd Krause, Munich [BK1] (A) (19)
Dr. Jens Kreisel, Grenoble [JK2] (A) (20)
Dr. Gero Kube, Mayence [GK] (A) (18)
Ralph Kühnle, Heidelberg [RK1] (A) (05)
Volker Lauff, Magdebourg [VL] (A) (04)
Priv.-Doz. Dr. Axel Lorke, Munich [AL] (A) (20)
Dr. Andreas Markwitz, Lower Hutt, Nouvelle-Zélande [AM1] (A) (21)
Holger Mathiszik, Celle [HM3] (A) (29)
Dr. Dirk Metzger, Mannheim [DM] (A) (07)
Prof. Dr. Karl von Meyenn, Munich [KVM] (A) (02)
Dr. Rudi Michalak, Augsbourg [RM1] (A) (23)
Helmut Milde, Dresde [HM1] (A) (09)
Günter Milde, Dresde [GM1] (A) (12)
Marita Milde, Dresde [MM2] (A) (12)
Dr. Andreas Müller, Kiel [AM2] (A) (33)
Dr. Nikolaus Nestle, Leipzig [NN] (A, B) (05, 20 essais sur l'épitaxie par faisceaux moléculaires, la physique des surfaces et des interfaces et la microscopie à sonde à balayage)
Dr. Thomas Otto, Genève [À] (A) (06)
Dr. Ulrich Parlitz, Göttingen [UP1] (A) (11)
Christof Pflumm, Karlsruhe [CP] (A) (06, 08)
Dr. Oliver Probst, Monterrey, Mexique [OP] (A) (30)
Dr. Roland Andreas Puntigam, Munich [RAP] (A) (14)
Dr. Andrea Quintel, Stuttgart [AQ] (A) (Essai sur les nanotubes)
Dr. Gunnar Radons, Mannheim [GR1] (A) (01, 02, 32)
Dr. Max Rauner, Weinheim [MR3] (A) (15 Essais Informatique Quantique)
Robert Raussendorf, Munich [RR1] (A) (19)
Ingrid Reiser, Manhattan, États-Unis [IR] (A) (16)
Dr. Uwe Renner, Leipzig [UR] (A) (10)
Dr. Ursula Resch-Esser, Berlin [URE] (A) (21)
Dr. Peter Oliver Roll, Ingelheim [OR1] (A, B) (15 essais sur la mécanique quantique et ses interprétations)
Prof. Dr. Siegmar Roth, Stuttgart [SR] (A) (Essai sur les nanotubes)
Hans-Jörg Rutsch, Walldorf [HJR] (A) (29)
Dr. Margit Sarstedt, Louvain, B [MS2] (A) (25)
Rolf Sauermost, Waldkirch [RS1] (A) (02)
Matthias Schemmel, Berlin [MS4] (A) (02)
Michael Schmid, Stuttgart [MS5] (A) (Essai sur les nanotubes)
Dr. Martin Schön, Constance [MS] (A) (14)
Jörg Schuler, Taunusstein [JS1] (A) (06, 08)
Dr. Joachim Schüller, Dossenheim [JS2] (A) (10)
Richard Schwalbach, Mayence [RS2] (A) (17)
Prof. Dr. Paul Steinhardt, Princeton, USA [PS] (A) (essai sur les quasicristaux et les quasi-cellules unitaires)
Prof. Dr. Klaus Stierstadt, Munich [KS] (B)
Dr. Siegmund Stintzing, Munich [ES1] (A) (22)
Cornelius Suchy, Bruxelles [CS2] (A) (20)
Dr. Volker Theileis, Munich [VT] (A) (20)
Prof. Dr. Gerald 't Hooft, Utrecht, NL [GT2] (A) (essai renormalisation)
Dr. Annette Vogt, Berlin [AV] (A) (02)
Dr. Thomas Volkmann, Cologne [TV] (A) (20)
Rolf vom Stein, Cologne [RVS] (A) (29)
Patrick Voss-de Haan, Mayence [PVDH] (A) (17)
Dr. Thomas Wagner, Heidelberg [TW2] (A) (29)
Dr. Hildegard Wasmuth-Fries, Ludwigshafen [HWF] (A) (26)
Manfred Weber, Francfort [MW1] (A) (28)
Priv.-Doz. Dr. Burghard Weiss, Lübeck [BW2] (A) (02)
Prof. Dr. Klaus Winter, Berlin [KW] (A) (essai sur la physique des neutrinos)
Dr. Achim Wixforth, Munich [AW1] (A) (20)
Dr. Steffen Wolf, Berkeley, États-Unis [SO] (A) (16)
Priv.-Doz. Dr. Jochen Wosnitza, Karlsruhe [JW] (A) (23 essai supraconducteurs organiques)
Priv.-Doz. Dr. Jörg Zegenhagen, Stuttgart [JZ3] (A) (21 essais de reconstitutions de surfaces)
Dr. Kai Zuber, Dortmund [KZ] (A) (19)
Dr. Werner Zwerger, Munich [WZ] (A) (20)

Dr. Ulrich Kilian (responsable)
Christine Weber

Priv.-Doz. Dr. Dieter Hoffmann, Berlin

L'abréviation de l'auteur est entre crochets, le nombre entre parenthèses est le numéro du domaine, une liste des domaines se trouve dans l'avant-propos.

Prof. Dr. Klaus Andres, Garching [KA] (A) (10)
Markus Aspelmeyer, Munich [MA1] (A) (20)
Dr. Katja Bammel, Cagliari, I [KB2] (A) (13)
Doz. Hans-Georg Bartel, Berlin [HGB] (A) (02)
Steffen Bauer, Karlsruhe [SB2] (A) (20, 22)
Dr. Günther Beikert, Viernheim [GB1] (A) (04, 10, 25)
Prof. Dr. Hans Berckhemer, Francfort [HB1] (A, B) (29 Essai Sismologie)
Dr. Werner Biberacher, Garching [WB] (B) (20)
Prof. Tamás S. Biró, Budapest [TB2] (A) (15)
Prof. Dr. Helmut Bokemeyer, Darmstadt [HB2] (A, B) (18)
Dr. Thomas Bührke, Leimen [TB] (A) (32)
Jochen Büttner, Berlin [JB] (A) (02)
Dr. Matthias Delbrück, Dossenheim [MD] (A) (12, 24, 29)
Prof. Dr. Martin Dressel, Stuttgart (A) (essai sur les ondes de densité de spin)
Dr. Michael Eckert, Munich [ME] (A) (02)
Dr. Dietrich Einzel, Garching (A) (essai supraconductivité et superfluidité)
Dr. Wolfgang Eisenberg, Leipzig [WE] (A) (15)
Dr. Frank Eisenhaber, Vienne [FE] (A) (27)
Dr. Roger Erb, Cassel [RE1] (A) (33)
Dr. Angelika Fallert-Müller, Groß-Zimmer [AFM] (A) (16, 26)
Stephan Fichtner, Heidelberg [SF] (A) (31)
Dr. Thomas Filk, Fribourg [TF3] (A) (10, 15)
Natalie Fischer, Walldorf [NF] (A) (32)
Dr. Thomas Fuhrmann, Mannheim [TF1] (A) (14)
Christian Fulda, Hanovre [CF] (A) (07)
Frank Gabler, Francfort [FG1] (A) (22)
Dr. Harald Genz, Darmstadt [HG1] (A) (18)
Prof. Dr. Henning Genz, Karlsruhe [HG2] (A) (Essais Symétrie et Vide)
Dr. Michael Gerding, Potsdam [MG2] (A) (13)
Andrea Greiner, Heidelberg [AG1] (A) (06)
Uwe Grigoleit, Weinheim [UG] (A) (13)
Gunther Hadwich, Munich [GH] (A) (20)
Dr. Andreas Heilmann, Halle [AH1] (A) (20, 21)
Carsten Heinisch, Kaiserslautern [CH] (A) (03)
Dr. Marc Hemberger, Heidelberg [MH2] (A) (19)
Dr. Sascha Hilgenfeldt, Cambridge, États-Unis (A) (essai sonoluminescence)
Dr. Hermann Hinsch, Heidelberg [HH2] (A) (22)
Priv.-Doz. Dr. Dieter Hoffmann, Berlin [DH2] (A, B) (02)
Dr. Gert Jacobi, Hambourg [GJ] (B) (09)
Renate Jerecic, Heidelberg [RJ] (A) (28)
Prof. Dr. Josef Kallrath, Ludwigshafen [JK] (A) (04)
Priv.-Doz. Dr. Claus Kiefer, Fribourg [CK] (A) (14, 15)
Richard Kilian, Wiesbaden [RK3] (22)
Dr. Ulrich Kilian, Heidelberg [Royaume-Uni] (A) (19)
Thomas Kluge, Juliers [TK] (A) (20)
Dr. Achim Knoll, Karlsruhe [AK1] (A) (20)
Dr. Alexei Kojevnikov, College Park, États-Unis [AK3] (A) (02)
Dr. Bernd Krause, Munich [BK1] (A) (19)
Dr. Gero Kube, Mayence [GK] (A) (18)
Ralph Kühnle, Heidelberg [RK1] (A) (05)
Volker Lauff, Magdebourg [VL] (A) (04)
Dr. Anton Lerf, Garching [AL1] (A) (23)
Dr. Detlef Lohse, Twente, NL (A) (essai sonoluminescence)
Priv.-Doz. Dr. Axel Lorke, Munich [AL] (A) (20)
Prof. Dr. Jan Louis, Halle (A) (essai théorie des cordes)
Dr. Andreas Markwitz, Lower Hutt, Nouvelle-Zélande [AM1] (A) (21)
Holger Mathiszik, Celle [HM3] (A) (29)
Dr. Dirk Metzger, Mannheim [DM] (A) (07)
Dr. Rudi Michalak, Dresde [RM1] (A) (23 essai de physique des basses températures)
Günter Milde, Dresde [GM1] (A) (12)
Helmut Milde, Dresde [HM1] (A) (09)
Marita Milde, Dresde [MM2] (A) (12)
Prof. Dr. Andreas Müller, Trèves [AM2] (A) (33)
Prof. Dr. Karl Otto Münnich, Heidelberg (A) (Essai de physique de l'environnement)
Dr. Nikolaus Nestlé, Leipzig [NN] (A, B) (05, 20)
Dr. Thomas Otto, Genève [À] (A) (06)
Priv.-Doz. Dr. Ulrich Parlitz, Göttingen [UP1] (A) (11)
Christof Pflumm, Karlsruhe [CP] (A) (06, 08)
Dr. Oliver Probst, Monterrey, Mexique [OP] (A) (30)
Dr. Roland Andreas Puntigam, Munich [RAP] (A) (14)
Dr. Gunnar Radons, Mannheim [GR1] (A) (01, 02, 32)
Dr. Max Rauner, Weinheim [MR3] (A) (15)
Robert Raussendorf, Munich [RR1] (A) (19)
Ingrid Reiser, Manhattan, États-Unis [IR] (A) (16)
Dr. Uwe Renner, Leipzig [UR] (A) (10)
Dr. Ursula Resch-Esser, Berlin [URE] (A) (21)
Dr. Peter Oliver Roll, Ingelheim [OR1] (A, B) (15)
Hans-Jörg Rutsch, Walldorf [HJR] (A) (29)
Rolf Sauermost, Waldkirch [RS1] (A) (02)
Matthias Schemmel, Berlin [MS4] (A) (02)
Prof. Dr. Erhard Scholz, Wuppertal [ES] (A) (02)
Dr. Martin Schön, Konstanz [MS] (A) (14 essai théorie de la relativité restreinte)
Dr. Erwin Schuberth, Garching [ES4] (A) (23)
Jörg Schuler, Taunusstein [JS1] (A) (06, 08)
Dr. Joachim Schüller, Dossenheim [JS2] (A) (10)
Richard Schwalbach, Mayence [RS2] (A) (17)
Prof. Dr. Klaus Stierstadt, Munich [KS] (B)
Dr. Siegmund Stintzing, Munich [ES1] (A) (22)
Dr. Berthold Suchan, Giessen [BS] (A) (Dissertation sur la philosophie des sciences)
Cornelius Suchy, Bruxelles [CS2] (A) (20)
Dr. Volker Theileis, Munich [VT] (A) (20)
Prof. Dr. Stefan Theisen, Munich (A) (essai théorie des cordes)
Dr. Annette Vogt, Berlin [AV] (A) (02)
Dr. Thomas Volkmann, Cologne [TV] (A) (20)
Rolf vom Stein, Cologne [RVS] (A) (29)
Dr. Patrick Voss-de Haan, Mayence [PVDH] (A) (17)
Dr. Thomas Wagner, Heidelberg [TW2] (A) (29)
Manfred Weber, Francfort [MW1] (A) (28)
Dr. Martin Werner, Hambourg [MW] (A) (29)
Dr. Achim Wixforth, Munich [AW1] (A) (20)
Dr. Steffen Wolf, Berkeley, États-Unis [SO] (A) (16)
Dr. Stefan L. Wolff, Munich [SW1] (A) (02)
Priv.-Doz. Dr. Jochen Wosnitza, Karlsruhe [JW] (A) (23)
Dr. Kai Zuber, Dortmund [KZ] (A) (19)
Dr. Werner Zwerger, Munich [WZ] (A) (20)

Articles sur le sujet

Charge.

2 réponses

Les sels sont constitués d'ions, des particules chargées capables de conduire l'électricité. Cependant, cela ne fonctionne pas avec le sel solide car les particules sont collées et ne peuvent pas bouger. À l'état dissous ou fondu, cependant, le sel est conducteur car les particules peuvent se déplacer.

Si vous avez des questions spécifiques, n'hésitez pas à nous contacter.


Conductivité des électrolytes - chimie et physique

L'électrolyse de l'eau
Conductivité et surtension

Selon la loi d'Ohm, la chute de tension est égale au produit du courant dans le conducteur et de sa résistance

La résistance d'un conducteur est proportionnelle à sa résistance spécifique ??, la durée je et inversement proportionnel à la section q

R = ?? . je/q

l'inverse de la résistivité ?? est appelé spécification. conductivité ??

donc la chute de tension

La conductivité ?? une solution dépend de la température.

En gros, on peut dire que la conductivité à 80 - 90 degrés est environ deux fois plus élevée qu'à température ambiante.

Le diagramme suivant montre la dépendance de la conductivité spécifique sur la concentration de l'électrolyte :
(à partir de calculs technico-chimiques de S. D. Bekow, Leipzig 1962)

Par exemple, la différence de conductivité entre l'acide sulfurique et le KOH (tous deux à 30 %) est de 20 %. En conséquence, la chute de tension avec l'acide sulfurique est également inférieure de 20 %.

Vous pouvez également voir qu'à une concentration de 10 %, la conductivité du KOH et du NaOH est la même à 30 %, mais la conductivité du KOH est d'environ 35 % meilleure que celle du NaOH. C'est pourquoi l'hydroxyde de potassium est mieux adapté à l'électrolyse alcaline de l'eau.

La tension qui au moins nécessaire pour provoquer une décomposition (dépôt) de l'électrolyte est appelé Décomposition-Tension appelée. Sinon "Surcharge« Se produit aux électrodes, cela peut être calculé à partir des potentiels normaux.

Théoriquement, la tension de décomposition de l'eau est de 1,35 volt.

En raison de la surtension des électrodes respectives, elle est cependant plus élevée dans la pratique. Par conséquent, en fonction du matériau de l'électrode, une tension allant jusqu'à 2 volts doit être appliquée.

Selon la loi de Faraday, les ampères-heures (Ah) représentent la quantité de matière déposée. La tension (U) coûte de l'argent (inutile).

La tension totale U (le total) est composé de la tension de décomposition U (décomposition) plus la surtension U (dessus) ensemble

Le travail électrique (kWh) est en conséquence

Par conséquent, les coûts d'électrolyse augmentent proportionnellement à la surtension !

La quantité d'énergie nécessaire pour surmonter la surtension est perdue sous forme de chaleur. Cela signifie que tout ce qui est au-dessus de 1,35 volt est converti en chaleur.

L'hydrogène n'a pas de surtension sur le platine platiné, une légère surtension sur le platine lisse et une surtension considérable sur le plomb et le mercure.

Comme on peut le voir sur le schéma ci-dessus, la surtension d'hydrogène à 10 A/cm 2 (log 10 = 1) sur une électrode de platine est de 0,82 volt, à 0,01 A/cm 2 (log 100 = 2) elle n'est que de 0, 35 volts.

Pour les électrodes en fer, il existe la relation suivante entre la densité de courant et la surtension :

L'utilisation par million de la batterie au plomb n'est possible qu'en raison de la surtension de l'électrolyse de l'eau sur les électrodes au plomb. Normalement, la batterie devrait gaz avec une "tension de charge" appliquée de 1,35 volts. == & gt (eau) électrolyse de 37% d'acide sulfurique.

Mais en raison de la surtension aux électrodes de plomb, aucune électrolyse ne se produit jusqu'à 2,4 volts - le sulfate de plomb est converti en plomb ou en dioxyde de plomb aux électrodes. La batterie est en charge. Ce n'est que lorsqu'il n'y a plus de sulfate de plomb que l'eau se décompose et que l'accumulateur "gaze".

L'électrochimie organique (par exemple la réduction cathodique des composés nitrés en amines) dépend également de la surtension.

== & gt "Julius Tafel": En particulier, Tafel a constaté que la surtension pour la séparation de l'hydrogène sur le platine est faible, de sorte que seule la séparation de l'hydrogène a lieu sur une électrode de platine en solution aqueuse, mais aucune réduction des substances organiques, cependant, sur le plomb, la surtension pour la séparation de l'hydrogène est très élevé, de sorte qu'avant la séparation de l'hydrogène, les substances organiques peuvent être réduites. Il a acquis cette connaissance lorsqu'il a découvert que la strychnine peut être réduite sur des électrodes de plomb, qu'il a utilisées pour déterminer sa structure. Immédiatement après, il a fait des recherches sur toute cette question et est ainsi devenu le fondateur d'une branche de la connaissance en électrochimie, à savoir l'électrocatalyse. (La catalyse sur les surfaces métalliques était connue, mais les relations spéciales entre électrodes = surfaces métalliques dans les solutions auxquelles une tension est appliquée conduisent à des possibilités complètement nouvelles.)

Généralement on peut dire :
Plus la densité de courant (A/cm 2) est faible, plus la surtension (V) est faible

En pratique, la tension d'électrolyse doit toujours être supérieure à la tension de décomposition théorique (FEM) qui ne sert qu'à « décomposer » l'électrolyte.

Cette excès le travail du courant électrique est consommé

1. vaincre la résistance interne de la cellule d'électrolyse (en fonction de la forme et du matériau du diaphragme, de la conductivité et de la section de l'électrolyte, de la distance entre les électrodes, de l'ampérage, etc.)

2. pour vaincre la "surtension" aux électrodes (selon le matériau des électrodes et la densité de courant)

3. pour la compensation des phénomènes de polarisation dans l'électrolyte (selon le procédé d'électrolyse)

L'agitation, l'augmentation de la température et l'ajout de dépolarisants réduisent ces effets indésirables.

Rendement énergétique (efficacité)

Le rapport entre la quantité d'énergie électrique théoriquement nécessaire à la décomposition de l'électrolyte (ex : kWh/m 3 oxhydrique) et sa consommation réelle est appelé rendement énergétique.

Les éléments suivants sont nécessaires pour un rendement énergétique élevé de l'électrolyse :

· haute température

· RÉ. Concentration généralement élevée en électrolytes

Faible densité de courant (A/cm 2)

· Matériau d'électrode approprié

· Courte distance entre les électrodes

· Grande surface d'électrode

Il y a 13 200 km d'autoroutes en Allemagne. Avec une population de 82,8 millions d'habitants ne s'appliquent donc pas
Autoroute de 16 cm (!) sur chaque habitant.

"Vous pouvez reconnaître un bon journaliste au fait qu'il n'a rien en commun - même pas avec une bonne cause, qu'il est là partout, mais n'appartient à nulle part."

Ceux qui sont imprudents avec la vérité dans les petites choses ne peuvent pas se voir confier des choses importantes.

Tu ne sais pas ce que tu as,
jusqu'à ce qu'il soit parti.

Avez-vous déjà pensé à un film d'image ou à une vidéo d'animation ?

La cinéaste Anke Lanzon et sa société "Webfilm Chiemgau" - anciennement "Webfilm Berlin" - créent des films d'entreprise impressionnants pour les sites Web.


Électrolytes

Un électrolyte est généralement une substance liquide qui, lorsqu'un champ électrique est appliqué, est capable de conduire le courant électrique par le mouvement dirigé d'ions (conducteur d'ions). Les gaz et plasmas ionisés, qui sont également des conducteurs d'ions, ne sont pas comptés comme électrolytes. Contrairement à cela, la conductivité électrique des métaux est donnée par le gaz d'électrons libres dans le composé métallique.

La notion de dissociation électrolytique a été introduit par Arrhenius et décrit la désintégration d'une substance en ions chargés positivement et négativement (cations et anions) lorsqu'elle est introduite dans un solvant. La force des électrolytes est définie par le degré de dissociation (α ∈ [01]) et indique la fraction des molécules dissociées par rapport aux molécules totales dissoutes. Les électrolytes forts sont complètement dissociés, par exemple la plupart des sels en solution aqueuse. En conséquence, les substances qui ne se dissocient pas complètement sont appelées électrolytes faibles (par exemple, l'acide formique). Une autre différenciation des électrolytes est faite par le mécanisme de formation des ions. Dans le cas des sels, les ions sont déjà présents dans le réseau cristallin, dont l'ordre géométrique est détruit lorsqu'ils sont dissous dans un solvant ou lorsqu'ils fondent, créant des ions mobiles - les véritables électrolytes. Les électrolytes potentiels, quant à eux, font référence à des substances qui ne forment des ions que par réaction chimique avec le solvant. Par exemple, lorsque le chlorure d'hydrogène gazeux (HCl) est introduit dans l'eau, il réagit avec celle-ci pour former des anions chlorure (Cl -) et des cations oxonium (H3O +), acide chlorhydrique. Les acides, les bases et les sels sont donc les électrolytes les plus importants.

Dans la définition acide-base d'Arrhenius, les acides sont des substances dans lesquelles des ions hydrogène positifs H + sont formés en solution aqueuse par dissociation et les bases sont des substances dans lesquelles des ions hydroxyde négatifs OH - sont formés en solution aqueuse. Le concept acide-base a été développé en 1923 par Brønsted et Lowry. Ici, plus généralement, les donneurs de protons sont définis comme des acides et les accepteurs de protons comme des bases. Cela offre la possibilité d'appliquer le concept acide-base à d'autres solvants contenant des protons tels que l'ammoniac liquide (NH3) transféré à. Pour les systèmes aquatiques, qui ne seront discutés que ci-dessous, la définition de Brønsted-Lowry ne diffère pas de manière significative de la définition d'Arrhenius. Comme les ions hydrogène libres ne sont pas présents dans la solution aqueuse, l'acide se dissocie, libérant de l'hydrogène dans l'eau (protonation de l'eau) et les ions oxonium (H.3O+). En raison de la polarité de l'eau, ils sont sous une forme hydratée comme l'ion hydronium [H.3OH2O)3] +, qui à leur tour sont hydratés. 1

La constante de dissociation acide K est une mesure de la force d'un acide de Brønsted HAS. (ou constante d'acidité Kune), qui correspond à la constante de l'action de masse de la réaction de protolyse :

Avec unX les concentrations efficaces (activité), qui à de faibles concentrations par les concentrations molaires cX Peut être remplacé. 2 Cela peut être fait de manière analogue pour les bases de Brønsted. La représentation sous forme de logarithme décennal négatif 3 est plus pratique :

Pour les acides forts (voir tableau 1) pKS. & lt 0 et l'équilibre de la réaction de protolyse en (1) s'est déplacé vers la droite.

HCl-7,0ORL3-1,37
HCOOH3,75CH3COOH4,76
H2O15,74CH3OH16,0
Tableau 1 : Constantes de dissociation des acides (pKS.) en solution aqueuse à 25°C
H3O + 349,8mg 2+ 53,1
Li + 38,7OH & # 8211 198
K + 73,5NON3 71,4
Tableau 2 : Conductivités ioniques λ± à 25°C en S cm 2 mol -1 (de Riedel et Janiak 4)

La conductivité électrique d'une solution d'électrolyte est influencée par plusieurs facteurs. Tant les cations que les anions contribuent au transport de charge, de sorte que d'une part la concentration c de l'électrolyte et d'autre part le degré de dissociation influencent la conductivité. La conductivité molaire est introduite de manière appropriée et via λm = σ / c défini (unité commune : S cm 2 mol −1). La conductivité est également déterminée par la mobilité de l'ion dans la solution. En plus de la viscosité du solvant, la mobilité est restreinte à mesure que la concentration de l'électrolyte augmente en raison de l'interaction des ions entre eux. Ce n'est que dans le cas de solutions très diluées, qui peuvent être considérées comme des solutions idéales, que la loi de la migration indépendante des ions de Kohlrausch s'applique, dans laquelle la conductivité est la somme des conductivités ioniques λ± composé (λ 0 m = + + λ -). De plus, un rayon ionique plus grand conduit à moins de mobilité. Bei kleinen Ionen muss berücksichtigt werden, dass diese stärker hydratisiert werden und somit einen größeren eff ektiven Radius besitzen. Daher haben Lithiumionen eine geringe Beweglichkeit als Kaliumionen (siehe Tabelle 2). 5 Auffällig ist, trotz der Hydratisierung und des damit großen effektiven Radius, die hohe Ionenleitfähigkeit der Oxonium- und Hydroxidionen. Dieses Verhalten wird durch den Grotthus’schen Sprungmechanismus erklärt, wobei sich nicht das Ion selbst bewegt, sondern der Ionentransport durch Umlagern von Wasserstoffbindungen in einer Kette von Wassermolekülen stattfindet. Protonenübergänge dieser Form verlaufen sehr schnell, die Lebenszeit eines Oxoniumions liegt bei nur 10 −13 s, bevor es eines seiner drei Protonen an ein umgebendes Wassermolekül abgibt 6 .

Fußnoten

[1] Holleman, F. Wiberg, E. Wiberg, N.: Lehrbuch der Anorganischen Chemie. 102. Auflage. Walter de Gruyther & Co. KG Berlin, 2007. – ISBN 978-3-11-017770-1
[2] Da die molare Konzentration von Wasser annähernd konstant ist, wird diese mit in die Konstante gezogen.
[3] Da der Logarithmus nur von dimensionslosen Größen bestimmt werden kann, müssen die Konzentrationen zunächst formal durch 1 mol/L geteilt werden.
[4] Riedel, E. Janiak, C.: Anorganische Chemie. 7. Walter de Gruyter GmbH & Co. KG Berlin, 2007. – ISBN 978-3-11-018903-2
[5] Atkins, P.W.: Physikalische Chemie. 2. korr. Nachr. der 1. Auflage. VCH Verlagsgesellschaft mbH Weinheim, 1990. – ISBN 3-527-25913-9
[6] Holleman, F. Wiberg, E. Wiberg, N.: Lehrbuch der Anorganischen Chemie. 102. Auflage. Walter de Gruyther & Co. KG Berlin, 2007. – ISBN 978-3-11-017770-1

Das könnte dir auch gefallen

Grundlagen der Gaschromatographie

Detection of dissolved metals using a liquid electrode dielectric barrier discharge


Die Leitfähigkeit wässriger Lösungen von Elektrolyten

We only supply companies, institutions and educational facilities. No sales to private individuals.

Please note: To comply with EU regulation 1272/2008 CLP, PHYWE does not sell any chemicals to the general public. We only accept orders from resellers, professional users and research, study and educational institutions.

  • Wir bieten Ihnen die Speicherung Ihrer persönlichen Daten in einem passwortgeschützten Kundenkonto an, sodass Sie bei Ihrem nächsten Einkauf nicht erneut Ihren Namen und Ihre Anschrift eingeben müssen.
  • Durch die Registrierung werden Ihre Adressdaten gespeichert.
  • Sie können Ihr Kundenkonto jederzeit löschen, melden Sie sich dafür bei dem Betreiber dieser Seite.
  • Beim nächsten Besuch benötigen Sie zum Aufrufen Ihrer persönlichen Daten lediglich Ihre E-Mail und Ihr Passwort.

Elektrolyse einer Natriumchloridschmelze

Die physikalisch-chemischen Abläufe während der Elektrolyse lassen sich anhand des Beispiels Natriumchloridschmelze verdeutlichen:

In der Natriumchloridschmelze (Kochsalz) befinden sich positiv geladene Natrium-Ionen Na + und negativ geladene Chlor-Ionen Cl − .
Die zur Katode gewanderten Na-Ionen nehmen von der Katode ein Elektron auf und werden dadurch zu Natriumatomen:

Da die Natriumatome elektrisch neutral sind, können sie nicht mehr am weiteren Stromfluss teilnehmen. Insbesondere wirken auf sie keine elektrischen Kräfte mehr. Sie verbleiben deshalb an der Katode.
Die zur Anode gelangten Chlor-Ionen geben dort das überschüssige Elektron ab. Da Chlor im gasförmigen molekularen Zustand an der Anode abgeschieden wird, lautet die entsprechend Reaktionsgleichung:

Durch Elektrolyse kann man aus Natriumchlorid Natrium und Chlor gewinnen.
Insgesamt gilt für alle elektrolytischen Vorgänge:
An der Katode nehmen die Ionen Elektronen auf, an der Anode geben die Ionen Elektronen ab.
Insgesamt bleibt dabei die Elektronenbilanz erhalten, sodass außerhalb des Elektrolyten ein "normaler" Elektronenstrom im Leitungsdraht fließt.

Neben der bereits anhand der Natriumchloridelektrolyse beschriebenen großtechnisch betriebenen Herstellung von chemischen Stoffen, findet die Elektrolyse vor allem in der Galvanisierung Anwendung.


Supraleitfähigkeit

1911 entdeckte Heike Kamerlingh Onnes die Supraleitfähigkeit von auf –270 °C abgekühltes Quecksilber. Supraleitfähigkeit heißt null Widerstand bei elektrischem Strom. Diese Entdeckung radikalisierte das Verständnis der Elektrizität, da es die Aufmerksamkeit von Physikern auf Quantenprozesse lenkte, die dieses Phänomen verursachten.

Seitdem führen Wissenschaftler ein „Temperaturrennen“, um die Supraleitfähigkeit verschiedener Materialien zu steigern. Neu entwickelte Materialien wie Legierungen und Keramiken, zum Beispiel HgBa2Ca2Cu3O8+δ oder Hg−1223, haben die Supraleitfähigkeitstemperaturen auf 138 K erhöht, was viel niedriger ist, als die tiefste Temperatur auf der Erde. Die neuesten „magischen“ Materialien mit Eigenschaften, von denen die Menschen seit vielen Jahren geträumt haben, sind Graphen und ihm ähnliche Materialien.

Supraleitfähigkeit bei Metallen kann als ein Phänomen erklärt werden, das auftritt, wenn die Atome im Kristallgitter nicht oszillieren. Das Fehlen von Oszillationen verringert die Wahrscheinlichkeit, dass die Atome mit Elektronen zusammenstoßen.

Sehen wir uns einige Beispiele von Supraleitfähigkeit an. American Superconductor war das erste Unternehmen, das eine Stromleitung mit Supraleitfähigkeit in Long Island in New York Ende Juni 2008 installierte. Ein südkoreanisches Unternehmen, LS Cable, will bis zu 3000 km supraleitender Stromleitungen in Seoul und anderen Städten in Südkorea einrichten. Ein konzentrisches drei-phasen-supraleitendes 10.000-Volt-Kabel wurde in Deutschland im Rahmen des AmpaCity-Projekts entwickelt und installiert. Es soll 40 Megawatt elektrischer Energie leiten. Verglichen mit einem Kupferkabel der gleichen Dimensionen kann ein supraleitendes Kabel fünfmal mehr Energie transportieren, trotz seines dicken Kühlmantels. Diese Stromleitung wurde 2014 in Essen eingerichtet.

Desertec ist ein weiteres Projekt, bei dem elektrische Energie und Wasserstoff von der Sahara anhand supraleitender Materialien transportiert werden. Dieses Unterfangen ist wichtig, da nach Ansicht von Energiespezialisten die derzeitigen Energiebedürfnisse der gesamten Erdbevölkerung erfüllt werden könnten, wenn man in der Sahara Solarpaneele auf einer Fläche von 300 Quadratkilometer installiert. Die Energieanforderungen von Europa könnten mit 50 Quadratkilometer mit Solarpaneelen gedeckt werden. Diese Energie muss jedoch transportiert werden. Mit regulären Technologien, bei denen keine Supraleiter eingesetzt werden, müssen 100 % der Energie für den Transport selbst aufgewendet werden. Eine innovative Lösung für dieses Problem ist der Transport dieser Energie mit geringst möglichen Verlusten anhand von Leitungen, die aus dem Supraleiter Magnesiumdiborid (MgB₂) bestehen. Diese Leitungen werden von innen mit flüssigem Stickstoff gekühlt. Damit kann Energie mit lediglich geringen Verlusten transportiert werden. Der Stickstoff würde vor Ort hergestellt.

Der Einsatz von Sonnenenergie zur Erzeugung von elektrischer Energie und der Einsatz von Stickstoff tragen nicht so zur globalen Erwärmung bei wie Technologien zur Energieerzeugung, die auf fossilen Brennstoffe beruhen. Der Grund besteht darin, dass fossile Brennstoffe die Sonnenenergie, die sie speichern, freigeben und ein Teil der Energie sich verflüchtigt. Die direkte Speicherung der Sonnenenergie umgeht diesen Schritt.

Eine weitere Nutzungsmöglichkeit für Supraleiter besteht in der Magnetschwebetechnik für den Bodentransport, insbesondere bei Magnetschwebebahnen. Nach Studien soll diese Transportmethode dreimal energiesparender sein als Autos und fünfmal energiesparender als Flugzeuge.


Elektrolytische Leitfähigkeit

Die elektrolytische Leitfähigkeit ist ein Maß für die elektrische Leitfähigkeit in Elektrolytlösungen.

Weiteres empfehlenswertes Fachwissen

Wie kann man Pipetten schnell überprüfen?

Höhere Wägeleistung in 6 einfachen Schritten

Dauerhaft genaue Prüfgewichte dank 12 kostenloser Tipps


Leitfähigkeit von Elektrolyten - Chemie und Physik

Leitf higkeit von Elektrolyten

Die Leitf higkeit von Elektrolyten wird bestimmt durch die Beweglichkeit und Konzentration von positiven und negativen Ionen.

n (Teilchen)konzentration des Ions in m -3 :

c Konzentration in [mol/m 3 ] (Molarit t . 10 -3 )

Geschwindigkeit der Kationen:

Geschwindigkeit der Anionen:

Messung des Widerstandes (mit Wechselstrom) ergibt:

Durch Messung des Widerstandes kann man die Summe der Beweglichkeiten bestimmen.

(Die einzelnen Beweglichkeiten erh lt man aus der unterschiedlichen Konzentrations nderung an Anode und Katode Hittdorf sche berf hrungszahlen).

Da sich die beweglichen Ionen an den Elektroden abscheiden, wo sie neutralisiert werden, verringert sich die Konzentration der L sung mit der Zeit und die Leitf higkeit nimmt ab. Bei geringen Konzentrationen (stark verd nnten L sungen) bleibt das Verh ltnis s /n jedoch konstant. F r die infolge des Ladungstransportes abgeschiedene Masse gelten die Faraday schen Gesetze:

Die abgeschiedene Masse m ist proportional der durchgegangenen Ladung Q = It:

A* - elektrochemisches quivalent [mg/C]

Die elektrochemischen quivalente [mg/C] verschiedener Stoffe verhalten sich wie die Massen ihrer Gramm quivalente [mg/val] (1val=1mol/Z)

Die Proportionalit tskonstante hei t Faradaykonstante:


Video: Cheap nickel plating of copper and brass!The secret of using ammonia!DIY INVENTIONS (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Enrico

    Merci pour l'aide dans cette question, comment puis-je vous remercier?

  2. Dukasa

    Remarquablement! Merci!

  3. Hugo

    Quelqu'un peut-il avoir un lien vers une bonne qualité?

  4. Mukki

    À vos données incorrectes

  5. Pyrrhus

    Wacker, la phrase brillante et opportune

  6. Vijora

    In my opinion, it is error.



Écrire un message